Partenaires

LET
CNRS
Université de Lyon
Université Lyon 2
ENTPE


Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Annuaire

FAIVRE D’ARCIER Bruno

Toutes les versions de cet article : English , français

FAIVRE D'ARCIER Bruno _
Professeur émérite en Aménagement de l’Espace et Urbanisme à la Faculté de Sciences Economiques et de Gestion, Université Lumière Lyon 2

LAET - ISH, 14 avenue Berthelot, 69007 LYON
Téléphone : 33 (0) 4.72.72.64.-03 - Fax : 33 (0) 4.72.72.64.48
Contact : bruno.faivre-darcier@laet.ish-lyon....


ACTIVITÉS DE RECHERCHE

Mon activité de recherche est centrée depuis de nombreuses années sur la compréhension des politiques locales de déplacements. Elle se développe actuellement autour de plusieurs axes :

Les questions relatives à l’évaluation des politiques de transport à travers deux approches complémentaires :

la première

concerne plus particulièrement le calcul économique appliqué aux investissements de transport : depuis le milieu des années 90, l’Analyse Coûts/Avantages est redevenue en France la méthodologie officielle d’évaluation, mais sa mise en œuvre se heurte encore à de nombreuses insuffisances ; l’orientation privilégiée est de développer des outils de simulation permettant de mieux apprécier la sensibilité de ce calcul aux hypothèses (monétarisation) et de prendre en compte les incertitudes liées à la description du futur (scénarios macro-économiques). Une des questions actuelles est de mieux prendre en compte les spécificités des démarches de Partenariats Public/Privé en recherchant les facteurs permettant d’allier la nécessaire rentabilité financière et l’objectif de maximisation de l’utilité sociale des projets. Dans ce cadre, une recherche porte plus particulièrement sur le recours au shadow toll comme mode de financement alternatif aux subventions d’investissement.

la seconde

se focalise plus particulièrement sur les nouvelles politiques de déplacements développées par les agglomérations urbaines au niveau européen : la prise en compte du développement durable incite à pondérer de façon différente les avantages économiques (réduction de la congestion, gain de temps et d’accessibilité) et ceux résultant de la réduction des consommations énergétiques et de l’effet de serre (gestion des distances) et du souci du respect de l’équité (désagrégation des résultats pour mieux identifier les gagnants et les perdants). L’évaluation de politiques (et non seulement de projets d’investissement) connaît un développement important sous l’influence de l’Union Européenne, pour identifier les "meilleures pratiques" et favoriser des politiques locales de transport plus intégrées à l’aménagement urbain (développer une nouvelle culture de la mobilité).

  • L’observation des comportements individuels de déplacements : la compréhension des comportements nécessite de coupler diverses approches. La première est celle de l’exploration des univers de choix des individus dans la construction de leurs schémas d’activités quotidiens, dans une perspective évolutive. Dans ce cadre un effort méthodologique est nécessaire pour construire des outils d’enquête capables de faire émerger les comportements possibles face à des évolutions structurelles des conditions de déplacements et d’identifier les facteurs explicatifs des comportements (attributs). La méthode des "enquêtes interactives de réponses déclarées "s’appuie ainsi sur une technique de jeu de simulation (scénarios) utilisés dans le cadre d’entretiens en face à face, destiné à observer la diversité des adaptations et les composantes du choix des individus lorsqu’ils sont confrontés à des situations de transport particulières. Cette méthode a déjà été utilisée pour apprécier les réactions comportementales au péage urbain, à la voiture électrique et à des situations de congestion dans le cadre de déplacements régionaux (choix d’itinéraires). Si cette première approche qualitative et exploratoire vise à mieux identifier les fonctions d’utilité représentative des comportements, l’orientation actuelle vise à élargir l’approche dans la direction de la mesure des préférences. Le recours à des techniques de préférences déclarées semble alors s’imposer (encadrement de thèses sur les composantes de la valeur du temps et de la tarification) afin d’alimenter les réflexions sur le calcul économique
  • La mesure de la performance des transports publics : si la question du financement des réseaux de transport public est actuellement centrale pour la mise en œuvre de politiques de mobilité durable, la question même de l’efficacité des réseaux est posée, tant au niveau de la performance des entreprises que de celle du service de mobilité offert par les collectivités. En lien avec une réflexion sur la délégation de service public, cette nouvelle recherche se focalise plus particulièrement sur les critères de mesure de la performance, en tentant sur une analyse de long terme d’identifier les facteurs explicatifs de l’efficacité des réseaux.

RÉSEAUX

- Membre du Comité Scientifique de la World Conference on Transport Research Society (1995 - 2004).
- Membre du CIVITAS Advisory Committee, instance de conseil auprès de l’Union Européenne (DG-TREN) pour la mise en œuvre de politiques durables de déplacements urbains (depuis 2003).
- Membre du Comité de Rédaction de la revue " Les Cahiers Scientifiques du Transport ", publiée par l’Association Française des Instituts de Transport et de Logistique - AFITL (depuis 1998).
- Membre du Comité Scientifique Régional d’Évaluation de la Région Rhône-Alpes : évaluation des politiques publiques et du contrat de plan État-Région (1995 - 2001).